mer. Déc 7th, 2022

Le pilote Red Bull a décroché son deuxième titre de champion du monde de Formule 1 dimanche, à l’issue du Grand Prix du Japon, au terme d’une saison 2022 dominée dans les grandes largeurs.

Max Verstappen, le deuxième couronnement. Sacré en 2021 au terme d’une saison haletante jusqu’à son dernier tour, le Néerlandais a cette fois survolé la concurrence, validant son deuxième sacre consécutif au Japon, dimanche 9 octobre. Le pilote frappé du numéro un s’est placé dans la tradition récente des grands champions de son sport, à savoir qu’un premier titre de champion du monde vient rarement seul. La lutte effrénée avec Lewis Hamilton l’an passé n’a rien enlevé de son appétit de grandeur. Elle l’a même décuplé.

Porté par une Red Bull bien née et qui n’a cessé de se perfectionner au fil de la saison, le Néerlandais a saisi toutes les opportunités qui se sont présentées à lui. On le savait déjà féroce compétiteur, pas du genre à ouvrir la porte en pleine bataille ou à baisser le ton face aux caméras. On a découvert en 2022 un Max Verstappen encore plus carnassier. Pour lui, la victoire n’est pas seulement un objectif mais une conclusion logique.

Vainqueur de douze des seize courses du calendrier, dont cinq de rang entre le Grand Prix de France le 24 juillet et le Grand Prix d’Italie le 11 septembre, il a ajouté à sa confiance en lui, déjà immense, une sérénité déconcertante. « Il n’y a pas de raison de célébrer pour le moment, expliquait-il en abordant la mi-saison, avant le Grand Prix de Grande-Bretagne, avec 49 points d’avance sur Charles Leclerc. Je veux surtout occuper cette position à la fin de la saison. »