30 septembre 2020

Il ne sera plus interdit d’avoir un maillot du PSG à Marseille dimanche soir

La raison l’a emporté. Les supporters parisiens qui vivent à Marseille auront le droit porter le maillot de leur club s’ils le souhaitent. Le Préfet des Bouches-du–Rhône a retiré son arrêté liberticide.

L’arrêté effarant pris par le Préfet des Bouches-du-Rhône a été abrogé. A l’origine, il exposait à une amende de 30 000 euros, une peine de six mois de prison et une interdiction de stade à la personne qui aurait eu idée de porter un maillot du PSG le soir de la finale de Ligue des Champions sur le Vieux Port à Marseille « dans le but de limiter le risque de violents débordements pendant et à l’issue de la finale de Ligue des champions opposant le Bayern Munich au PSG ».

Ce matin, changement de direction, le Préfet a publié un communiqué : « face à l’incompréhension suscitée par cet arrêté, le préfet de police a décidé ce jour de l’abroger. »

On note qu’il parle d’incompréhension face à sa décision et non-pas d’une mauvaise décision. Si l’émoi suscité par cet arrêté ridicule pouvait faire réfléchir les autorités aux autres décisions liberticides dont sont victimes tout au long de l’année, ça serait une bonne chose.

Pour rappel, les atteintes aux libertés pour les supporters sont monnaie courante et souvent basées sur des raisons ridicules. L’Equipe avait compilé quelques motifs comiques retenus par des Préfets la saison passée.

Les supporters nantais n’ont pas eu le droit de se déplacer à Reims à cause de la Saint-Patrick. Les Rennais, eux, n’avaient pas pu aller à Troyes à cause des soldes d’hiver. On peut aussi citer les Brestois il y a deux ans qui ont été privés de se déplacer à Lorient à cause du manque d’effectif de police à cause d’une manifestation de Gilets Jaunes qui avait rassemblé quinze personnes.

La palme revenant incontestablement au Préfet de Moselle, qui en août 2018 a interdit le déplacement de supporters lensois à Metz car l’entraîneur adjoint messin Vincent Hognon avait quitté Nancy pour Metz. Les Lensois n’ont toujours pas compris. Nous, non-plus.

Et le plus beau, c’est qu’une fois qu’un tel arrêté a été pris sur une rencontre, il peut-être renouvelé la saison suivante car l’antécédent a été crée.

Heureusement, les Marseillais qui aiment le PSG pourront fêter la victoire qu’on espère tous pour le bien du football français mais si ce cas pouvait faire cesser ces attaques répétées contre les libertés des supporters qui n’ont lieu qu’en France, ça serait une très grande victoire, peut-être aussi grande que de soulever le trophée de la Ligue des Champions dimanche soir.

Laisser un Commentaire