26 septembre 2021

La Coupe de France sabordée

On craignait qu’elle ne se joue pas, mais finalement, quand on voit le schéma adopté par la Fédération Française de Football, on peut se demander si la meilleure chose qui pourrait arriver, ça ne serait pas de tirer un trait définitif sur l’édition 2020/2021 de la Coupe de France.

Quand on parle Coupe de France, on a des images qui s’entrechoquent, des finales au Parc des Princes ou au Stade de France avec les capitaines qui présentent leurs coéquipiers au Président de la République. La Marseillaise et les clubs amateurs, qui parfois, défient la logique jusqu’à s’inviter au dernier étage de cette tour du football français après des exploits qui sont gravés à jamais dans l’histoire de notre sport.

Cette année, la Coupe de France s’est arrêtée au cœur du mois d’octobre et d’un cinquième tour qui a eu du mal à être complété. Aujourd’hui, nous devrions voir les clubs préparer les huitièmes de finale de la compétition si la pandémie n’avait pas endormi à peu près toute la vie active autour de nous.

Cinq tours n’ont pas été disputés et les clubs amateurs ne jouent plus depuis cette date. Pourtant la semaine dernière, la FFF a donné le feu vert aux amateurs pour s’entraîner afin de suivre son nouveau schéma pour permettre à la compétition d’aller à son terme.

Ainsi énoncé, ça peut paraître louable que de vouloir « sauver » l’épreuve. Cependant, à la lecture de ce schéma, on voit la séparation des professionnels et des amateurs qui pourraient seulement se croiser en huitième de finale.

L’an passé, il y avait deux équipes de N2 (Belfort et Epinal) et une seule formation de N3 (Limonest Saint-Didier) pour représenter le football « amateur » à ce stade la compétition. Les derniers clubs 100% amateurs disparaissent bien plus tôt.

Alors, appelons un chat, un chat, c’est une Coupe de la Ligue que la FFF a concocté. Une coupe réservée aux professionnels puisque seuls les clubs de L1, L2 et N1 s’entraînent régulièrement et sont aptes à jouer alors que des clubs pro ont joué cette semaine le… 8ème tour.

Les clubs amateurs ont reçu le feu vert de la FFF pour la reprise de l’entraînement cette semaine pour jouer un match pour la première fois depuis trois mois dans quinze jours. Les amateurs devant se soumettre au couvre-feu et ne pouvant s’entraîner durant la journée à moins de se lever aux aurores, comment un club peut présenter une équipe compétitive pour ce sixième tour ? Dans quel état physique et psychologique sont ces joueurs amateurs? S’ils ne jouaient qu’entre eux, on pourrait dire qu’ils sont tous logés à la même enseigne, mais des R1, des R2, R3 peuvent affronter des N1 qui n’ont pas cessé de jouer.

La Coupe de France, la Coupe de tout le football français, détruit sciemment sa base et certaines équipes préviennent : elles vont boycotter leur 6ème tour. Quel autre choix? D’autres disent qu’on les envoie à l’abattoir et ne savent pas encore ce qu’ils feront.

On ose espérer que le but recherché par la direction du football français n’est pas de contraindre les amateurs à renoncer pour conserver la Coupe de France cette saison pour les professionnels.

Alors qu’un troisième confinement se fait de plus en plus probable, la FFF, garante des valeurs du football amateur, n’aurait elle pas du annoncer que la Coupe de France ne pouvait pas aller à son terme sans ceux qui font la substantifique moelle cette vieille dame?

En ces temps où il faut prendre soin de nos anciens, protégeons la Coupe de France, protégeons les plus fragiles et ne leur volons pas leur compétition.

Laisser un Commentaire