Coupe du Monde 2018 Culture Foot Livres Vie de Foot

La Coupe du Monde sous l’œil de Xavier Barret

Xavier Barret (screen de Temps Mort sur Oklm TV) a travaillé pendant plus de vingt ans à France Football, ainsi qu’à L’Équipe Magazine et sur la chaîne L’Équipe. Aujourd’hui, il est chroniqueur pour RFI, Canal+ International et sur RTL. Il est l’auteur de deux ouvrages « Les Coupes du monde de football en 90 minutes », aux éditions Glénat et « On refait la Coupe du monde », aux éditions Solar.

Xavier, pouvez nous présenter « Les Coupes du monde de football en 90 minutes »?

« C’est un livre qui tranche avec ceux qui sortent tous les quatre ans où on rajoute un chapitre en plus pour la dernière compétition et on débute par les photos en noir et blanc pour arriver sur la HD à la fin. Je me suis dit qu’il était possible de faire un livre retraçant les 90 minutes (+ les prolongations) dans un match, il s’est forcément passé quelque chose à chaque minute dans l’histoire de la Coupe du Monde. Évidemment, il n’y a que l’embarras du choix en fin de match mais j’ai réussi à trouver des événements dès le début des rencontres. On peut ainsi voir que les blessures de Pelé lors des Coupes du Monde 1952 et 1966  sont arrivées tôt et ont eu des conséquences différentes. En 1962, Pelé se blesse tout seul contre la Tchécoslovaquie et se fait agresser contre la Bulgarie puis le Portugal en 1966. A l’époque, on n’avait pas le droit de faire de changements. Ce livre sert aussi à rappeler ça aux plus jeunes qui n’ont pas connu cette époque où, quand un joueur était blessé, soit il restait sur le terrain soit son équipe finissait le match à dix. »

URSS – Mexique lors de la Coupe du Monde 1970

Il a fallu attendre assez longtemps finalement, pour pouvoir faire des remplacements…

« On a pu faire des remplacements pour la première fois en Coupe du Monde en 1970 lors d’URSS – Mexique. C’est Anatoliy Puzach qui devient le premier joueur à en remplacer un autre, en l’occurrence, Viktor Serebryakov. Le premier changement pour blessure d’un gardien est intervenu le 31 mai 1974, pendant la Coupe du Monde lors de Yougoslavie – ZaÏre, le gardien zaïrois est remplacé. C’était à la 21ème minute, il y avait déjà 3-0 et son premier ballon touché a été dans ses filets pour le 4ème but yougoslave.

Gianluca Pagliuca et Luca Marchegiani lors de la Coupe du Monde 1994

En 1994, on a droit à un troisième remplacement, seulement pour remplacer le gardien de but, ce que fait le Maroc à la 89ème minute de Maroc – Belgique. Dans cette compétition, il y a eu une petite tricherie de la part de l’Italie contre la Norvège. Le gardien de but Gianluca Pagliuca est le premier gardien exclu, les Italiens font sortir Roberto Baggio pour permettre à Luca Marchegiani, le deuxième gardien de rentrer en jeu. Ils font ensuite deux changements. Par la suite, le troisième remplacement sera autorisé sans restriction par la FIFA. Le coaching va ainsi apparaître étant donné que les remplacements n’auront pu besoin d’être motivés par des raisons médicales. »

Vous avez un second livre « On refait la Coupe du monde » vous recensez les plus grands erreurs arbitrales en Coupe du Monde en arbitre et vous expliquez ce qu’auraient décidé les arbitres s’ils avaient pu utiliser la vidéo..

« C’est ça. Il y a évidemment 1982 et les premiers tirs au but de l’histoire de la Coupe du Monde lors de France – Allemagne. Plus récemment, dans la finale de 2006 entre la France et l’Italie, on a oublié ce fait de jeu mais la France doit bénéficier d’un deuxième penalty suite à une faute de Zambrotta sur Malouda. La goal line technology en 2010 aurait permis d’accorder son but à Lampard lors d’Allemagne – Angleterre, son tir ayant largement franchi la ligne.C’était important car avec ce but, l’Angleterre égalisait à 2-2 dans un huitième de finale qu’ils ont finalement perdu 4-1 Il y a des erreurs d’arbitrage qui n’ont pas de conséquence comme le but refusé à Zagallo en 1958 contre la France alors que le ballon avait franchi la ligne. Le Brésil menait déjà 2-1 et s’impose 5-2.  Ce n’est pas la même chose  à la Coupe du Monde 1986, quand Michel, l’ancien entraîneur de Marseille, marque un but injustement refusé. L’Espagne aurait du mener 1-0 et s’incline finalement 0-1 contre le Brésil.

Plus récemment,  à Leipzig en 2006, on peut aussi évoquer ce but injustement refusé à Patrick Vieira contre la Corée-du-Sud. Le gardien coréen est largement derrière sa ligne de but quand il repousse la tête du Français mais l’arbitre ne l’a pas vu. La France menait 1-0 alors et concède finalement le nul (1-1). « 

URSS – Belgique lors de la Coupe du Monde 1986

La Coupe du Monde débute en Russie, c’est un pays qui a une histoire particulière avec le football…

« C’est un peu spécial en Russie, le foot n’est populaire que dans la partie européenne, le sport majeur du pays restant le hockey-sur-glace. Le championnat russe a longtemps été un peu artificiel. Le Dynamo de Moscou était le club de la police, le Torpedo celui d’une usine automobile, le Spartak, celui des Syndicats et le CSKA celui de l’armée. Plusieurs clubs ont aujourd’hui été repris par des milliardaires pour se faire bien voir par Vladimir Poutine. Tout ceci est un peu artificiel. Toutefois, nous avons des clubs avec de vraies identités à Kazan ou Grosny.

L’historique du football russe est difficile. L’URSS a souvent réalisé de très belles Coupe du Monde car ils étaient en pleine saison alors que les autres pays avaient terminé la leur. Ils avaient aussi de très bons joueurs et se sont fait voler plusieurs fois, en 1970, notamment, lors d’un quart de finale contre l’Uruguay et en 1986 en huitième de finale face à la Belgique. Après l’éclatement de l’URSS, c’est devenu très compliqué, Boris Eltsine n’aimait pas le football et le stade Loujniki était même devenu un marché

Le Stade Loujniki en 2018

J’ai assez peur de voir l’affluence sur plusieurs matchs, il y a peu, on me confiait qu’il restait encore beaucoup de billets disponibles à quelques jours du début de la compétition. C’est aussi un grand pays, c’est forcément compliqué à organiser. D’un autre côté, je ne m’inquiète pas pour la sécurité par rapport aux hooligans, Poutine joue trop gros, il a expliqué que les hooligans russes étaient interdits de stade. Au niveau de l’image, il ne peut pas se permettre des débordements de supporters. »

Tolisso et Mbappé lors de France – USA (Getty Images)

Et l’Équipe de France, comment vous la voyez à cette Coupe du Monde?

« Didier Deschamps sait ce qu’il fait. En 2014, l’Équipe de France est éliminée contre l’Allemagne, future championne du monde. Ensuite, l’Euro 2016 est perdu en finale contre le Portugal en ayant battu l’Allemagne en demi-finale. Ça ne sera a priori pas spectaculaire, on se souvient des difficultés en 2014 contre le Nigeria ou à l’Euro 20156 face à la Roumanie. Contre l’Australie, ça peut être la même chose. « 

 

  • « On refait la Coupe du monde » par Xavier Barret, préface de Joël Quiniou, éditions Solar. 125 pages.
  • « Les Coupes du monde de football en 90 minutes » par Xavier Barret, éditions Glénat. 144 pages.

Related posts

Épisode 23 à 27 de Captain Tsubasa : Nankatsu – Meiwa, la finale de folie

Martial Goarnisson

FIFA 19 fait sa promotion

Martial Goarnisson

Épisode 22 de Captain Tsubasa : Nankatsu à deux minutes de l’élimination !

Martial Goarnisson

Laisser un Commentaire