France Ligue 1

La malédiction bordelaise a encore frappé Marseille

Cela fait presque 42 ans que l’Olympique de Marseille n’a plus gagné à Bordeaux. Un pan de vie. Si on parle d’antagonisme Paris-Marseille, là on est en pleine malédiction sur fond de rivalité historique. Et si cette saison il semble y avoir un gouffre au niveau des deux équipes au vu des prestations et du classement, la ferveur autour de ce grand classique de notre championnat est toujours au rendez vous.

Marseille, 5ème, a un besoin absolu de points pour rattraper Lyon et la Ligue des Champions, objectif du club et du Champions Project, se déplace donc à Bordeaux, 13ème à onze points de l’Europe et douze de la zone rouge.

Rudi Garcia peut compter sur un effectif quasiment au complet avec les retours de Mandanda, Sakai et Kamara, et les présences d’Ocampos et de Balotelli qui étaient annoncés incertains. Les Marseillais n’ont plus gagné depuis le 10 mars contre Nice. Depuis, ils ont perdu au Parc des Princes et concédé un nul contre Angers.
Paulo Sousa, le nouveau coach bordelais, lui déplore les absences de Kalu, Cornelius, Palencia et de l’espoir Tchouaméni. Les Girondins n’ont pas gagné depuis le 17 février contre Toulouse, et restent sur 2 défaites et 4 nuls.

LE MATCH

Plus de 35 000 Bordelais survoltés sont présents au Matmut Atlantique ce soir pour accueillir Marseille. Bordeaux commence très fort avec deux occasions avec, notamment, De Preville. Marseille reprend le jeu à son compte mais ne sera jamais tactiquement au niveau des Bordelais en 3-4-2-1. Un système qui a géné les Phocéens.

Après un arrêt de Benoit Costil stoppant un tir de Kamara (7e), le jeu s’équilibre. Jusqu’à ce jeu dans le dos de la défense marseillaise de Briand et de Kamano qui provoque la faute de Radonjic, sanctionné d’un  penalty. La sentence est transformée par Kamano (26e). Le Stade Matmut, vide d’habitude, exulte.

Les Marseillais, qui avaient bien terminé le premier acte, reprennent la seconde mi temps avec les mêmes intentions mais les Bordelais ont décidé de résister et de contrer.

Bordeaux subit, mais, sur un contre, Nicolas de Preville double la mise après avoir dribblé deux adversaires et rend ivre de joie le Matmut Atlantique  (71e). Ensuite, c’est une histoire d’homme entre Pablo et Balotelli qui, après avoir subi une faute de l’Italien quelques minutes plus tôt, se venge et reçoit un carton rouge. et laisse ses coéquipiers à dix (82e).

Les Girondins remportent ce match sur les plans tactique et psychologique, et peuvent lancer, avec le maintien quasiment assuré, le projet de leurs nouveaux propriétaires. Marseille est dans le dur et doit dire adieu à la Ligue des Champions.

Photo : @Ligue1Conforama

Laisser un Commentaire