24 septembre 2020

L’UEFA alourdit la sanction de Samir Nasri

L’ancien international français Samir Nasri a vu sa sanction pour dopage rallongée par l’UEFA. Il ne pourra pas jouer avant le 1er janvier 2019.

L’Agence espagnole antidopage (Aepsad) avait ouvert une enquête en 2016 à la suite d’un tweet de Drip Doctors, une clinique de Los Angeles, indiquant que Samir Nasri avait subi un traitement intraveineux.  Cette pratique est interdite par l’Agence mondiale antidopage, sauf si l’athlète présente un justificatif et respecte les doses (50ml). L’ancien marseillais n’ayant pas bénéficié d’AUT (Autorisations à Usage Thérapeutique), l’UEFA s’était alors saisi du dossier pour ouvrir une enquête qui a abouti à une suspension de six mois en février 2018. Il s’en tirait bien car il risquait une suspension de 4 ans.

Depuis, l’instance de contrôle, d’éthique et de discipline de l’UEFA  a décidé de formuler un appel. Le verdict est tombé aujourd’hui sur le site de l’UEFA via un communiqué : Samir Nasri est finalement suspendu jusqu’au 1er janvier 2019.

Toutefois, il est autorisé à reprendre l’entraînement avec un club le 1er novembre 2018 mais il faudra en trouver un d’ici là, et ça ne sera pas simple pour Nasri qui enchaîne les sorties de route depuis de nombreuses années maintenant.

Laisser un Commentaire