Chroniques France Ligue 1

Une bâche qui va faire date

Depuis des années, les dirigeants de groupes de supporters, des médiateurs, des membres des clubs, essaient de calmer les autorités par rapport au monde des Ultras. Ça fait plusieurs mois que les arrêtés préfectoraux rivalisent de ridicule dans leurs motivations pour empêcher des personnes d’aller encourager leur équipe à un match de football. En réaction, il y s’est crée un vrai dialogue entre supporters et clubs qui devenaient solidaires face aux décisions farfelues d’interdiction de déplacement.

Seulement, aujourd’hui, après ce qu’il s’est passé à Montpellier. Comment ira-t-on contester le Préfet qui interdira le déplacement des Montpelliérains au match retour à Nîmes voire carrément, toute la saison? On ne le pourra pas car il y un avant et un après Montpellier – Nîmes.

Il est facile de tomber uniquement sur les locaux pour cette invasion du terrain alors que leur équipe menait 3-0 mais il ne faut pas oublier l’attitude des Nîmois. Dans le Midi Libre, au mois de mai 2018, on a appris que des Nîmois se seraient introduis dans les locaux du groupe de supporters du MHSC, la Butte Paillade 91 armés d’une disqueuse pour dérober la bâche historique du groupe.

Les supporters nîmois ont agité ce bout de tissu plastifié pendant le match, ce qui a fait disjoncter les Montpelliérains car une bâche pour des Ultras c’est bien plus que du plastique. C’est l’identité du groupe, c’est l’histoire et elle peut se voler, oui, mais après une lutte acharnée. Ce sont leurs codes, il faut les respecter mais dans ce cas-précis, ce qu’il s’est passé à la Mosson va handicaper tous les supporters de France qui voudront se déplacer durant les prochains mois.

Vu les antécédents, on peut se demander d’ailleurs pourquoi le déplacement nîmois n’a lui, pas été interdit compte-tenu que les Gladiators Nîmois étaient fortement suspectés d’avoir volé la bâche de la Butte Paillade 91? Pourquoi prendre ce risque alors qu’on est capable d’interdire le déplacement de supporters de Lens à Metz à cause du passage de l’entraîneur adjoint Vincent Hognon de Nancy à Metz (ne cherchez pas le rapport)?

Pourquoi ne pas avoir appliqué le fameux principe de précaution? On peut se poser beaucoup de questions autour de ce dérapage qui a été extrêmement grossi par un arrêt de jeu disproportionné. En tout cas, tout le monde tape sur les Ultras depuis hier et on ne retiendra que ce saut d’humeur des supporters qui n’ont blessé personne mais l’image est là et elle va pourrir la vie des supporters, la vie du foot.

Et les parcages de nos stades resteront encore vides parce que, désormais, on va nous dire « vous avez vu ce qu’il s’est passé à Montpellier? » Pas grand-chose au final, mais dans l’imaginaire collectif, les Ultras ont encore la tenue du bouc-émissaire et qu’ils ne font rien pour l’enlever non-plus. Eux mais les fans de foot dans leur ensemble ainsi que les clubs vont traîner cette histoire de bâche qui vaudra blanc-seing aux autorités pour interdire les futurs déplacements.

Related posts

Thierry Henry est l’entraîneur de l’AS Monaco

Martial Goarnisson

Châteauroux et le Gazélec Ajaccio se séparent de leur entraîneur

Martial Goarnisson

Metz repasse devant Lens et Brest

Martial Goarnisson

Laisser un Commentaire