Une parodie de grand match

Il y avait la tension des grands soirs mais sur le terrain ce fut navrant. Paris et Marseille ont livré une faible prestation. Marseille a joué avec ses armes face à un PSG amoindri qui, de par son statut, devait montrer autre chose. Derrière, au piètre spectacle, ils ont ajouté la honte avec un pugilat pathétique.

D’entrée, le PSG semble vouloir attaquer fort mais Mandanda réussit un superbe arrêt devant Neymar (2e). Ensuite, le Brésilien manque sa tête (17e).

Marseille sort rarement mais fait mal à l’image de ce coup-franc de Payet repris superbement par Thauvin qui place le ballon entre Rico et son poteau (31e).

Après le repos, Mandanda doit s’imposer devant Sarabia (57e) puis il repousse encore un assaut de Neymar (58e).

Durant ces rares minutes de football, Di Maria, voit soit but justement refusé pour hors-jeu (60e), par-contre, on n’a toujours pas compris pourquoi Benedetto a eu le sien refusé (64e).

Il y a aussi ce centre de Sarabia sur lequel Neymar est encore trop court (72e) mais le spectacle a été d’une rare médiocrité pour une grande affiche de Ligue 1.

En fin de rencontre, les images catastrophiques de pugilat entre les deux équipes vont conclure ce spectacle sur une note lamentable.

Parades, entré pour autre chose que du football, Amavi, Benedetto, Neymar et Kurzawa, ont tous été exclus au bout d’un match ponctué de 14 avertissements distribués par un arbitre dépassé par les événements.

Photo : screen BT Sport

1 commentaire

Avatar
Jeffe 14 septembre 2020 at 10 h 54 min

Que dire de ce piètre spectacle ? Supporter modéré de l’OM, je suis le premier à reconnaitre la très grande qualité de l’effectif parisien, bien que sur les grands RDV, le PSG montre de plus en plus de fébrilité ( Final de LDC où Neymar et MBapé ratent l’immanquable).
Pour en revenir au « classico », d’entrée, on sent bien que les parisiens, pour ne pas dire Neymar, sont là plus pour punir Payet que pour jouer au foot. Les fautes des locaux à la limite de l’agression se multiplient, créant un contexte très électrique, sans parler des jérémiades et autre plongeons de Neymar (mais ça, c’est une habitude chez lui). Et à ce jeu, les Olympiens ne se laissent pas intimider.
Quant à l’OM, dont je reconnais volontiers que sur le papier, ils sont bien en dessous du PSG quand toutes ses stars sont sur le terrain, ils ont joué avec leurs armes. Et l’ont fait du mieux possible, défendant très bas, relançant le plus souvent dans l’urgence, jusqu’à ce petit bijou de Payet/Thauvin, qui les a visiblement libéré.
Et que dire du but qui leur est refusé, alors que toutes les images montrent qu’il n’y avait pas Hors-jeu (Pourquoi la VAR, souvent si longue à prendre décision, fut si prompte à signaler cet hypothétique faute ???).
Bref, des parisiens qui dégoupillent, des marseillais à la limite de la rupture pendant 90 mn, un fabuleux Mananda qui sauve le résultat. Et des bagarres injustifiables à ce niveau, où l’on voit bien d’où viennent les embrouillent.
Et une victoire, enfin, de l’OM sur le PSG, qui rabattra un peu le caquet à tous ces supporters-voyous parisiens dont la vulgarité démontrent l’immense crasse.
Quant aux (supposés) propos racistes d’Alvares sur Neymar… comment dire, je n’y crois pas un seul moment. Ce dernier a largement démontré, en dehors de son immense talent, ses qualités anti-sportives de tricheur.
Ceci n’est que mon analyse, bien sûr.

Répondre

Laisser un Commentaire