mer. Déc 7th, 2022

Sur la piste de Suzuka au Grand Prix du Japon, les effroyables images de Pierre Gasly frôlant une dépanneuse ne cessent de faire réagir le monde des sports mécaniques. Sharon Kuzaj, commissaire de piste, livre son ressenti sur l’incident.

« C’est la chose la plus dangereuse que j’ai vue. » Depuis presque deux ans, Sharon Kuzaj est commissaire de piste. Elle a officié sur les plus grands événements de sports mécaniques, comme les 24 Heures du Mans, les 24 Heures moto ou le Grand Prix de France de Formule 1. Ce week-end à Suzuka, pour le Grand Prix du Japon, elle n’est pas passée à côté de ce que ses collègues ont vécu.

Après le crash de Carlos Sainz, la FIA déploie le drapeau rouge. Mais au même moment, la direction de course fait intervenir les dépanneuses, ainsi que les commissaires. « À partir du moment où il y a un drapeau rouge, l’urgence n’est plus là, rappelle Sharon. La FIA a envoyé le tracteur beaucoup trop tôt sur la piste. »

« Oui, Pierre (Gasly) allait trop vite »

Ainsi, Pierre Gasly croisera ce fameux tracteur et le frôlera à près de 250 km/h, rappelant le drame de 2014 ayant coûté la vie à Jules Bianchi. « Oui Pierre allait trop vite », admet la commissaire de piste. Mais, pour elle, la faute incombe également à la FIA, qui a mis en danger « les pilotes, le conducteur de la dépanneuse et les commissaires ».

« Il ne faut pas oublier que sans commissaires, il n’y a pas de sécurité, de protection, donc pas de course, complète la jeune femme de 23 ans. Il ne faut pas oublier qu’on est là, qu’on est les acteurs de l’ombre et qu’on risque beaucoup plus notre vie que les pilotes. »